Mis en avant

L’autre monde


De l’autre côté de notre grisaille, la lumière se fait.
Une simple faille
Une simple brèche dans notre dimension
Couteau magique qui nous délivre
Du temps du vrai
La lumière de la neige
L’éternité retrouvée
Nous quittons les bords de nos vies accablées
C’est la Mer Rouge qui est traversée
Le soleil bleu
La rivière scintillante
Comme un rire d’enfant
Descente en plein vol
Dépassement des murs
Traversée du silence
Le gris qui nous engluait
A muté

Nouveau monde en approche L’un est l’autre

©️nk – texte et peinture :
Nouveau monde


💫
Par ce texte, cette peinture, je cherche la même chose : illustrer, dire cet autre monde tout près même s’il nous paraît lointain encore.
De l’autre côté d’un battement de paupière…
💫

🦋#jardindesmotsdenatacha

Mis en avant

Les instants paisibles / Recension par Danièle Duteil

Les instants paisibles

Les instants paisibles / Natacha Karl
Le lys bleu éditions -prix: 10€

Natacha Karl a plusieurs cordes à son arc, elle écrit, elle est passionnée de musique aussi. Les instants paisibles la montre à l’écoute de ce qui l’entoure, attentive aux vies minuscules et sensible à l’âme des choses.

au petit salon 

il parle une langue ancienne 

le vieux piano

mille histoires 

se murmurent dans les livres – 

qui les entend ?

Ses haïkus s’égrènent de la cuisine au salon, du salon au jardin, du jardin à la chambre. Témoin des jours et des nuits, Natacha guette chaque vibration et chaque instant ténu afin d’en retenir la couleur et l’essence.

tombée de la nuit – 

le bleu indigo avale 

la fenêtre ouverte

nouvelle vie 

dans le vase cet iris 

couché par la pluie

Les poèmes sonores sont relativement nombreux, encadrés de pauses, moments privilégiés aussi pour exercer les autres sens que sont la vue, l’odorat, le goût, le toucher. Bashô, en dictant son haïku de la grenouille, a appris à ses disciples que la poésie était d’abord une forme de disponibilité au monde. Il s’agit de recevoir ce qui vient à soi, de se laisser traverser par les images, visuelles, sonores, olfactives… sans intervenir, sans penser, afin de vibrer au rythme de la nature ou de l’environnement proche.

le chant du pinson 

sur le lac gris-perle 

un train passe

un pâle soleil 

teinte la fin de l’été 

récolte de pommes

une odeur piquante 

volets ouverts dans la nuit 

aux étoiles d’hiver

Quand la partition se joue intimement, à deux, la troisième personne s’absente passablement pour laisser place au « je » et au « tu ». Le haïku n’est pas forcément le lieu pour exprimer des sentiments, ils sont pourtant bien présents, surgissant à tout moment sous un trait de crayon, un regard… Dans les anthologies, ils ne sont pas rares du tout ; les plus réussis sont en principe les moins bavards.

Quelques traits de fusain

ton visage singulier 

me sourit

Voile du matin 

notre même horizon

Danièle Duteil, décembre 2020

🙏🏻Un grand merci à Danièle Duteil pour sa recension attentive et bienveillante. C’est une gratitude d’avoir sa confiance pour mon premier recueil de haïku en solo. 🙏🏻

Mis en avant

Graines de haïku

Sachet de graines de coquelicot

graines de haïku

semées au vent d’internet

cadeau de lectrice

©️nk

Pour Laetitia ….

gratitude 🙏🏻, ta voix joyeuse. me partageant ton enthousiasme à la lecture de mes Instants paisibles, et ce sachet de graines de coquelicots… 💚

Les instants paisibles- le lys bleu ed.
Mis en avant

Le grincement du vieux portail

Disponible sur le site de
Graines de Vent

Un homme s’arrête devant un grand portail vert. La peinture est un peu craquelée mais le portail ouvragé laisse deviner un joli jardin, un peu sauvage, qui cache à demi une haute maison de village.

Il ne sait pourquoi, lui qui ne fait pourtant que passer, il a envie d’entrer et de pousser ce portail qui grince sûrement.

bruits du vent

bruits du temps nouveau

une fleur jaune sourit

Depuis le seuil de la maison, une vieille dame interpelle le visiteur et l’invite à entrer. Les autres convives se sont égarés en chemin. Ils sont en route depuis ce matin. Elle lui dit d’entrer.  Vous vouliez un café ?

le temps tourne au moulin

tremper les souvenirs amers

dans le breuvage noir

Le visiteur pousse le portail vert qui grince un peu des gonds, comme il le pensait. Le temps lui semble long, et le vent gronde dans sa mémoire.

Ce soir encore, il s’invite dans la jolie cuisine, colorée comme un torchon basque, vivante et gaie, avec ses rutilantes casseroles en cuivre accrochées aux murs. Comme un chaton, il vient se faire dorloter dans cette cuisine de grand-mère.

Doit-il déjà prendre la porte,  graisser les gonds du portail et repartir sans faire d’histoires, avec l’odeur du vieux fer forgé sur ses mains ?

jour de fête

noces de l’oubli et du temps

en un bouquet plein de vie

@nk

Haïbun sélectionné dans le recueil Kintsugi, haikus du métal

https://grainesdevent.jimdofree.com/commande/

l

Mis en avant

Poupée

J’écrirais sur mes mains

Les mots invisibles

Qui ne te touchent pas

Je dirais mon amour

Du fond de mon silence

De poupée disloquée

Un chiffon oublié

Dans un lit déglingué

Après l’amour inabouti

Un corps abandonné

Je toucherais mes yeux

Aveugles et mes mains jointes

Rejointes dans la paix

D’un amour éternel

L’âme volée au corps

L’âme chevillée à tord


©️nk

Mis en avant

Violent silence


Je tromperai le silence en violant un grand cri

En déchirant le ciel d’un éclair ébloui

Assourdissant le temps

Et l’amour et le cœur

Pleurant des larmes chaudes

Couronnant de sanglots

L’instant de nos épousailles

De notre nudité de notre vérité

Je tromperai le silence

Dans l’éloquent sourire

Cueilli sur tes lèvres

Au fond de notre lit

©️nk

Notre chambre éblouie

Craquement d’allumette

craquement d’allumette

une maison brûle

toute une histoire


craquement d’allumette

dans l’incendie volent

les cendres d’une vie


craquement d’allumette

le feu de l’espérance

dans les yeux blessés


craquement d’allumette

la lumière du phénix

doucement perce l’obscurité

©️nk
Pour Hélène P. & Christian C.

Fire spiral by Quasar

J’ai écrit cette série de haïku pour Hélène Phung – grande artiste, haïjine, conteuse, éditrice, etc.- et son compagnon musicien qui ont vu samedi dernier leur maison ravagée par les flammes. Ils on tout perdu dont leurs oeuvres et outils de travail. Face à ce drame, un grand mouvement de solidarité s’est organisé dont une collecte et une cagnotte en ligne. Tous renseignements sur la page Facebook : Les amis d’Hélène Phung

http://www.facebook.com/soutienhelenephung

Maison endormie

maison endormie
la clarté de la lune
sur la neige fraîche

©️nk

Heureuse d’avoir été sélectionnée par Gérard Mathern dans le cadre du groupe Facebook Coucou du Haïku pour le thème #lueurdhiver 🤍

« cette maison endormie sous la lune m’évoque un tableau de Magritte, rencontre entre deux réalités paradoxales de l’obscurité et de la lumière. » GM

C’est la neige dans mon jardin qui m’a inspirée. Il n’y en a pas si souvent… ❄️

Mon érable du Japon sous la neige

Mini slam de vie

Sèche tes larmes
Ou tes cheveux
Ou les deux
Et ta toux sèche
Colmate tes brèches
Renais dans ce siècle
Renais à ton éternité
Regarde de tous tes yeux
Le soleil et les lames du vent
Laisse tes cheveux voler au
temps
Autant que tu ris
Autant que tu vis
Lave tes peurs et ton cœur
Lève tes mains et ta joie
Du bout des doigts
Sur la neige tu écris 55
Sur le sable ton prénom
Ton sourire
Le cœur de ton amour
Pour la vie pour le monde
Et pour toi
Mon soleil mon tigre ma voix
Mon cœur chante tout bas
Et le sang de ma vie bat
Dans l’ infinie houle du temps

©️nk

Version audio à écouter sur SoundCloud : https://soundcloud.app.goo.gl/Vv8egMD2HH7aJsLr7